La vie en français

La méthode simple et efficace pour
  • apprendre le
  • comprendre le
  • se divertir en
français

7 expressions francophones à connaître

« Oh, ça va ! tu ne vas pas en faire un fromage ! » … Si vous ne connaissez ni la recette du fromage, ni cette expression, ne « soyez pas fadas » ! « Tirez-vous une buche » et installez-vous confortablement pour lire ce cours ! Les expressions varient d’un pays et même d’une région francophone à l’autre et il est parfois difficile d’en deviner le sens.  Elles renvoient souvent à une certaine sagesse populaire et font référence à des éléments de la vie quotidienne. C’est pour ça que les Français ou les Suisses parlent de « fromages » et les Québécois, de « bûche » !

En cette semaine de la francophonie, je vous propose de mettre à l’honneur la diversité de la langue française au travers de sept expressions francophones.

1. Faire un fromage (France)

Il s’agit, sans surprise, d’une expression française ! Si vous vous fâchez parce que votre ami a cinq minutes de retard, il peut vous dire : « tu ne vas pas en faire un fromage ! ». Cela ne signifie pas qu’il a peur que vous sortiez un camembert ou du roquefort de votre poche ! Votre ami vous dit juste que vous faites toute une histoire pour quelque chose qui n’est pas très important

Exemple :

  • Tu ne vas pas faire un fromage pour cinq minutes de retard !

2. Se tirer une bûche (Québec)

En rejoignant vos amis québécois dans un bistrot, l’un d’eux peut vous inviter à « vous tirer une bûche ». Rassurez-vous, il ne vous demande pas d’aller couper du bois en forêt pour fabriquer votre chaise ! Il vous invite juste à prendre un siège pour vous assoir autour de la table. Cette expression date du temps des premiers colons qui n’avaient que des troncs d’arbres sur lesquels s’assoir. Aujourd’hui, elle est employée entre amis dans un contexte plutôt festif.

Exemple :

  • Ne reste pas debout ! Tire-toi une bûche !

3. Passer la nuit à l’amigo (Belgique)

Si un policier belge vous dit de « passer la nuit à l’amigo », il n’est malheureusement pas en train de vous proposer une soirée sympa entre amis à goûter des bières ou du chocolat. En revanche, vous risquez de passer quelques heures en cellule au poste de police. « L’amigo » était le nom que la population bruxelloise avait donné au cachot quand la région appartenait aux Pays-Bas espagnols (au XVIIe siècle). Aujourd’hui, il désigne toujours une pièce du commissariat de police. Paradoxalement, il se réfère aussi à des hôtels de luxe, dont le plus connu est situé rue de l’amigo, à Bruxelles.

Exemple :

  • Le voleur est conduit à l’amigo.

4. Avoir quelque chose à la raclette / à la riflette (Suisse)

Ne vous réjouissez pas trop vite ! Prendre son train « à la raclette » ne veut pas dire que vous pourrez déguster du fromage fondu pendant votre voyage. Ce serait trop beau ! En Suisse romande, cette expression un peu familière signifie que vous avez pu faire une action à temps ou de justesse.

Exemple :

  • J’étais en retard mais j’ai réussi à prendre l’avion à la raclette !

5. Conduire dans des tablettes de chocolat (Sénégal)

Les amateurs et amatrices de chocolat vont être déçu(e)s… Lorsqu’un Sénégalais « vous conduit dans des tablettes de chocolat », il ne vous emmène pas faire un tour dans la chocolaterie de Willy Wonka ! Bien au contraire ! Il vous fait prendre des routes qui sont en très mauvais état. Les chaos du chemin renvoient aux creux et aux bosses présents sur une tablette de chocolat.

Exemple :

  • Cette route est défoncée ! On conduit sur des tablettes de chocolat !

6. Il ne faut pas confondre les cocos et les abricots (Martinica)

En créole de Martinique on dit : « Pa confond coco epi zabricot ». « Il ne faut pas confondre les cocos et les abricots » signifie qu’il ne faut pas mélanger des personnes ou des choses de qualités différentes. Cette expression indique qu’un des éléments que l’on compare est beaucoup mieux que les autres et c’est pour ça qu’on insiste sur le fait qu’il ne faut pas la confondre avec les autres. En français de métropole, l’équivalent est : « il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes ».

Exemple :

  • Les légumes biologiques sont meilleurs que les autres. Il ne faut pas confondre les cocos et les abricots !

7. Être fada (Marseille et sud-est de la France)

« Être fada » n’est pas une manière de dire « fade » ou « sans goût » en provençal (c’est l’ancienne langue parlée dans le sud-est de la France). « Un fada » est une personne qui aime prendre des risques de façon complètement inconsciente. On l’emploi surtout à Marseille et dans ses environs. En français « standard », on dit : « être fou ».

Exemple :

  • Tu veux traverser l’Atlantique à la nage ? Mais tu es complètement fada toi !

Et vous, connaissez-vous d’autres expressions francophones ? N’hésitez pas à les partager dans les commentaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *