La vie en français

La fête nationale française : origines, vocabulaire et traditions liés au 14 juillet

La_liberte_guidant_le_peuple_©Eugene_Delacroix

Drapeaux tricolores, pétards et défilé, pas de doute, c’est le 14 juillet ! En France, on célèbre chaque année à cette date la fête nationale. Pour l’occasion, les Français se réunissent pour assister aux feux d’artifice, aux bals populaires et aux concerts organisés dans tout le pays. Dans cet article, nous partons en France découvrir les origines, le vocabulaire et les traditions liés au 14 juillet.

Si vous voulez en apprendre davantage au sujet d’une autre tradition française, lisez : La tradition du 1er mai : la fête du travail, le muguet et le vocabulaire de la grève.

À la fin de l’article, vous pourrez chanter et compléter une chanson révolutionnaire interprétée par Édith Piaf. Et n’oubliez pas de relever votre défi du jour ! Aujourd’hui, je vous demande d’écrire dans les commentaires comment vous célébrez la fête nationale dans votre pays.

Vous êtes prêts et prêtes ? Alors, mettez votre bonnet phrygien, votre cocarde tricolore et on y va !

Le vocabulaire du 14 juillet

vocabulaire_14_juillet

Un feu d’artifice = a fireworks

Un drapeau = a flag

Un défilé militaire = a military parade

La devise : liberté, égalité, fraternité = France’s motto :liberty, equality, fraternity

Marianne = figure of the French Republic

La Marseillaise = French national anthem

Pourquoi le 14 juillet est-il le jour de la fête nationale en France ?

La fête nationale en France commémore la prise de la Bastille à Paris par des émeutiers le mardi 14 juillet 1789. C’est l’un des événements emblématiques qui marque le début de la Révolution française et la fin de la monarchie absolue.

Mais comment en est-on arrivé là ?

Les opposants à la monarchie absolue

Nous sommes au XVIIIe siècle. Le royaume de France est gouverné par un roi qui dispose de tous les pouvoirs (politique, législatif et judiciaire) car il est le représentant de Dieu sur terre. C’est ce qu’on appelle la « monarchie absolue de droit divin ». Cependant, petit à petit, certaines personnes commencent à remettre en cause ce pouvoir absolu et à vouloir « réformer » la monarchie. Ce sont tout d’abord les philosophes des Lumières (Montesquieu, Diderot, Rousseau, Voltaire…) qui s’élèvent contre les oppressions politiques et religieuses en réclamant que le roi soit guidé par des « experts ».

Puis, il y a également des changements dans la société. À l’époque, la population est divisée en trois ordres : la noblesse, le clergé et le tiers état. Cette répartition est très inégalitaire car la noblesse et le clergé possèdent de nombreux privilèges (dont celui de ne pas payer d’impôts) alors que le tiers état, qui représente 97% de la société, n’a aucun droit et doit verser des impôts aux deux autres ordres. Cependant, au XVIIIe siècle, une nouvelle catégorie sociale émerge dans le tiers état. C’est la bourgeoisie marchande, financière, légale ou fonctionnaire qui s’enrichit et accède à l’éducation. Ils commencent alors eux aussi à contester le pouvoir absolu et les privilèges de la noblesse et du clergé.

Enfin, à la fin des années 1780, le climat rude provoque de mauvaises récoltes et la hausse du prix des céréales et du pain. En parallèle, une crise budgétaire éclate en partie à cause de la participation de la France à la Guerre d’indépendance des États-Unis. Ces événements provoquent de nombreuses agitations populaires et la colère du peuple gronde de plus en plus…

caricature-noblesse_clerge_tiers_etat

Une caricature de la noblesse, du clergé et du tiers état

Les débuts de la Révolution française

Entre mai et juillet 1789, les États généraux (= une assemblée composée de députés des trois ordres) obtiennent quelques avancées comme la suppression des privilèges fiscaux et la volonté de rédiger une constitution lors du serment du jeu de paume 20 juin 1789. Cet engagement a un fort impact symbolique et politique car il transfère la souveraineté du roi à la Nation. C’est un moment décisif de la Révolution française.

La contestation gronde de plus en plus dans les rues de Paris. Le matin du 14 juillet, les émeutiers parviennent à s’emparer d’armes et de canons avant de foncer vers la Bastille pour prendre de la poudre. À cette époque, la Bastille est une prison où sont notamment enfermés les opposants au régime. Ainsi, la prise de la Bastille est un acte très symbolique car elle représente le despotisme monarchique.

La fin de la monarchie et l’avènement de la république

Malgré cela, le système monarchique n’est pas contesté et le roi Louis XVI reste au pouvoir. À partir de septembre 1791, la monarchie est encadrée par une constitution qui limite les pouvoirs royaux. Cependant, craignant pour sa vie et celle de sa famille, le roi tente de s’enfuir mais il est arrêté à Varennes. La légende raconte qu’on aurait reconnu le roi grâce à son profil si particulier imprimé sur les pièces de monnaie. Cet événement désacralise la figure royale et l’opinion publique devient défavorable à son maintien. Emprisonné, Louis XVI est jugé et condamné à mort par guillotine le 21 janvier 1793.

Le 21 septembre 1792, la monarchie est abolie et la Première république est proclamée. Cet acte marque l’avènement du régime républicain qui existe encore aujourd’hui en France.

monnaie_louis_XVI

Les traditions de la fête nationale

Le 14 juillet est un jour férié en France car c’est la fête nationale. Bien que ce soit un jour festif, les gens n’ont pas l’habitude de se souhaiter entre eux un « bon 14 juillet » ou une « bonne fête nationale ».

Le défilé militaire

La journée commence par un défilé militaire sur les Champs Élysées. Après le passage des avions de la Patrouille de France, le président passe en revue les différents corps d’armée.

Les feux d’artifice

Le soir du 13 juillet, des feux d’artifice sont tirés dans de nombreuses villes françaises. À Paris, le spectacle pyrotechnique « son et lumière » a lieu le soir du 14 juillet. Après un concert au pied de la Tour Eiffel, le feu d’artifice est tiré aux alentours de la « dame de fer » (= surnom de la Tour Eiffel). Par la suite, de nombreux pétards se font entendre tout au long de la nuit.

Les bals populaires et concerts

Plusieurs bals populaires sont organisés dans la quasi-totalité des villes françaises et ils ont généralement lieu le 13 juillet au soir pour pouvoir se reposer pendant le jour férié. Les plus populaires d’entre eux sont les bals des pompiers. D’autres bals existent comme le groupe traditionnel ou fanfare (appelée banda dans le sud de la France) et les bals organisés par des orchestres spécialisés dans les fêtes de villages. Ces derniers proposent des concerts avec différents styles de musique : variété française, internationale, jazz, rock, électronique…

Cet article vous a plu ? Alors, c’est le moment de relever votre défi du jour ! Aujourd’hui, je vous demande d’écrire dans les commentaires comment vous célébrez la fête nationale dans votre pays.

drapeau_tricolore_francais

Bonus

Chauffez votre voix car c’est le moment de chanter et de compléter les paroles de « Ah, ça ira », interprétée par Édith Piaf. « Ah, ça ira » est un chant révolutionnaire qui a été composé en 1790 par un ancien soldat nommé Ladré, sur un air de contredanse très populaire appelé le « Carillon national ». Le titre et le refrain de la chanson sont inspirés de l’optimisme de Benjamin Franklin qui répondait toujours « ça ira, ça ira » lorsqu’on lui demandait des nouvelles de la guerre d’Indépendance américaine.

Pour écouter d’autres chansons d’Édith Piaf, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *